Niveau 15 – blinds 1200/2500 ante 2500 – 306 joueurs sur 1227 inscrits

Moyenne : 120 000

 

Nouvelle pause, qui fut de courte durée pour certains. Ainsi d’Albert Sebag qui a pris le temps avant de hero fold.

Sept minutes pour être précis.Voilà le temps qu’il lui a fallu avant de prendre sa décision. Au début, on se disait qu’il nous faisait un peu d’acting, mais finalement non.

Opposé à l’Ibérico-néernlandais Raul Van Boxtel, Albert se retrouve engagé de petite blind sur un flop A J K. Sebag verify-contact les 16 000 de Raul.

Nouveau verify du Français sur la turn five et nouvelle mise à 27 000 en face. Et c’est que Sebag rentre dans le tank. D’abord en silence puis à haute voix. Il cherche à se convaincre de fold visiblement. Mais tient à préciser à son adversaire :

« I have a monster« . D’autres avaient des rêves, mais Albert a un monstre.

Il la joue à l’ancienne Albert et entame un lengthy monologue. On se croirait revenu au poker de papa, version années 2000.

« Tu me montres si je fold ? » Et quelques autres formules du genre, le tout en anglais. L’offre est poliment déclinée par l’adversaire, qui a l’élégance de ne pas demander le time, comme le fait remarquer Albert.

« Si tu demandes pas le time, c’est que tu veux être payé... » consider toujours à haute voix le Français.

Bien vu. Automobile il finit par jeter sa major face-off, un joli K J, pour deux paires floppées.

Raul annoncera que le fold est bon et il a l’air du gars sincère.

Le coup n’aura coûté à Albert que 21 000, lui qui est toujours assis devant 124 000, lui qui était tombé à 15 000 à la table de Kalidou Sow.

Le poker à l’ancienne a encore de beaux jours devant lui.

 

« Il y en a là-dedans » semble dire Albert à son voisin. Le membre historique des Entrams semble bien dans son tournoi